Skip to main content
 

Je suis malheureusement obligé d'appuyer tes propos. La communauté présente hier soir ne s'est pas montrée digne des intentions qu'elle porte. Au contraire, cette communauté s'est montrée obtus et a semblé refuser tout argument qui venait à l'encontre de ses opinions personnelles.
Cette communauté a montré que derrière de saines intentions (ouverture des données, des formats, respects des libertés individuelles, transparence politique, …) se cachaient surtout des opposants au régime actuel, incapables d'entendre les arguments de ceux qu'ils combattent. En soit, la conférence d'hier soir m'a donné l'impression que cette communauté des sphères « geeks » de Paris était infestée de paranoïaques anti-système, qui, si leurs inquiétudes sont saines et normales, ont été et restent incapables de se faire entendre, tant ils s'enferment dans leur propre bulle idéologique et communautaire.
Cette communauté a dénoncé à de nombreuses reprises de mauvaises utilisations qui pourraient se faire si la loi venait à être votée, et devant leur irrespect face à la liberté de s'exprimer des intervenants d'hier soir, je ne peux que m'inquiéter, comme elle, du danger que représentent ces outils, tant aux mains des gouvernements que dans les leurs.

Je suis moi aussi déçu que ceux qui se prétendent éclairés sur les sujets numériques, ceux qui défendent le libre accès à la connaissance, à la culture, et l'intercommunication libre pour tous soient aussi ceux qui sont incapables de l'appliquer dans leur propres cercles. Le débat d'hier soir n'était pas un débat, c'était une réunion de geek venu démolir les intervenants expliquant leur position favorable à la loi. Et hier soir n'était pas un moment de la démocratie, mais la révélation d'à quel point nombre de citoyens ignorent ses règles.